Un Délice Inavouable

Par une nuit de lune mièvre et de vent,
Ils ont réduit la ville à feu et à sang,
Pistant les ultimes proies à l'orée du bois.

Dans un bosquet suspendu, sous des étoiles fuyantes,
A la pointe du temps, naît le fruit d'une nuit noire.
Un condamné à vivre prépare un festin à nul autre pareil,
Un délice inavouable, dans l'ombre d'une cime d'arbre.

Elles ont fini d'y croire, il les veut plus que tout.
Cette sève onctueuse qui coule le rend fou.
Il en a l'eau à la bouche, renaître de leur cou.

Dans un bosquet suspendu, sous des étoiles fuyantes,
A la pointe du temps, naît le fruit d'une nuit noire.
Un condamné à vivre se délecte d'un met au goût délicat,
Un délice inavouable, dans l'ombre d'une cime d'arbre.

La chanson de l'été

Vacances d'été en bord de Meuse, j'suis fauché, c't'année j'ai trop glandé.
Rien d'mieux à espérer, j'aurai chaud quand j'srai bourré.
A quoi ça sert de payer ? Et risquer de m'faire chier.
En allant dans un pays, où il fait plus de 15°.

Je compte bien m'acheter des slashs, chez Oxfam ou au Lidl,
De la crème solaire qui tache, que j'tartinerai sur ma gueule.
Je boirai de la sangria, des cocktails à la "Cara".
Je mangerai des spaghettis, au resto "Chez Giovanni".

Et quand je serai bien bronzé, j'irai au jardin bobotanique.
Histoire d'un petit peu jammer, comme on le ferait en Jamaïque.
Cool, relax, couché dans l'herbe.
Détendu, roulé dans l'herbe.
Bien à l'aise, fais rouler l'herbe.
Cool, relax, fais tourner l'herbe.

Chanteur français

Je suis né dans une caravane, j'en ai les larmes aux yeux,
A t'égosiller comme ça, c'est sûr que t'as plus de voix.

Des roses et des orties, ça fait une drôle de soupe,
Un mélange gerbant de chez toi, le Bayou en Lotte-et-Garonne.

Je suis un petit fils à papa et je mate des sites de boules,
Comme un con j'ai plus de neurones, si seulement j'étais aphone.

Je suis chanteur français, matraqué sur toutes les radios,
Restos, supermarchés, épiceries bio branchées.
Chanteur français, insipide, incolore et stupide,
Dommage qu'il y a plus Sevran, j'irais lui faire montrer mes dents.

Un jour, je courirai plus, c'était prévu, bien vu,
Et tu mouriras plus non plus.

Gros corps malsain rien que le nom fait froid dans le dos,
C'est super les histoires de trains mais les tiennes j'y comprends rien.

Je suis chanteur français, mal coiffé, mal rasé, mystérieux,
Rebelle en apparence, gentillet à outrance.
Chanteur français, insipide, incolore et stupide,
Dommage qu'il y a plus de Starac', comment je vais écouler mes bacs.

L'autre jour on est allé dîner, je voulais pas y aller mais on m'a forcé,
Puis j'ai eu la diarrhée, une chiasse carabinée, et tellement que j'en ai chié,
J'ai écrit un sketche que j'ai plus ou moins chanté et les bobos, ils ont rigolé.

J'ai reçu une lettre, une histoire de voisinnage,
Casse-toi tu pues, déménage !

Et trois plus trois plus huit plus deux,
Les textes compliqués, ça me donne la nausée.

©Romain Dufour - envol.be